Cosmétiques

Reconnaître les ingrédients nocifs

Nous utilisons chaque jour des soins hydratants, déodorants, démaquillants, shampoings… Il faudrait limiter l’utilisation des produits cosmétiques et les soins contenant trop de produits chimiques en lisant les étiquettes et en privilégiant des soins plus naturels. Aujourd’hui, j’ai supprimée tous les produits conventionnels et ma peau me remercie !  

 

Quels ingrédients surveiller ? Comment nous protéger des substances suspectes ? Voyons de plus près ce que contiennent nos pots de crème…

Les ingrédients à éviter

  • Les huile minérales, très néfastes, elles forment un film occlusif sur la peau. Les huiles minérales ont tendance à boucher les pores de celle-ci, ce qui favorise la survenue de comédons et boutons… Les substances sont issues de la pétrochimie. Les noms les plus courants sont : paraffinum liquidum, petrolatum, cera microcristallina, mineral oil…

 

  • Les silicones, ce sont des matières « plastiques », on les retrouve partout et sous toutes les formes, de la plus liquide (pour les implants mammaires ou sous la peau) à la plus solide (pour les polymères plastiques dans le mobilier par exemple). Ils n’ont aucune propriété réellement bénéfique pour la peau, ces matières inertes se contentent de laisser un film sur la peau afin de corriger son aspect ou de l’assouplir. Exemples de noms : dimethicone, cyclohexasiloxane…

 

  • Les sels d’aluminium, ressèrent les pores de la peau, empêchant ainsi le mécanisme de transpiration et empêchant également les toxines de s’évacuer. Ce phénomène assez agressif peut entraîner des réactions inflammatoires et endommager les glandes sudoripares. Par ailleurs l’accumulation d’aluminium dans l’organisme, consécutive à l’utilisation de produits contenant cette substance, a été mise en cause dans l’apparition de diverses pathologies : maladie d’alzheimer, cancer du sein,

 

  • Le phénoxyéthanol, c’est un allergisant et peut induire eczémas et urticaires. Il pourrait également engendrer des effets neurotoxiques et des troubles neurologiques car il passe le derme et même le placenta. Le phénoxyéthanol est suspecté d’être à l’origine de risques cancérogènes et de troubles de la reproduction chez l’homme,

 

  • PolyEthylene Glycol (PEG), cette famille de composés chimiques de synthèse se retrouvent dans de nombreux cosmétiques y compris dans les dentifrices en tant qu’agents tensioactifs, détergents, émulsifiants, revitalisants ou humectants pour la peau. A ce titre, ils sont déconseillés pour des personnes ayant une peau abîmée et ces impuretés sont reconnues cancérigènes dans de nombreux cancers dont, une nouvelle fois, celui du sein,

 

  • Phtalates, cachés dans les cosmétiques, ils apparaissent sous l’appellation : Parfum ou Fragrance. C’est un mélange de produits chimiques, perturbateurs endocriniens, cancérigènes soupçonnés (cancer du sein et des testicules),

 

  •  BHA et BHT, antioxydant et conservateur utilisé dans les crèmes hydratantes et dans les rouges à lèvres, c’est un perturbateur endocrinien, cancérigène.

 

  • Les parabens, depuis quelques années, des études ont fait lumière sur cet ingrédient nocif qui pénètre très rapidement dans le corps. De plus, le paraben est suspecté d’être cancérigène. Exemples de noms : butylparaben, parahydroxybenzoate de méthyle, methylparaben, 4-hydroxybenzoate de propyl, éthylparaben, isopropylparaben…

 

  • EDTA, c’est un conservateur et antioxygène dans l’industrie de la photo ou encore du papier. Il est aussi anti-tartre, c’est un poison et il est très polluant. On le retrouve en fin de chaîne non détérioré dans les stations d’épuration…

 

  • Sodium Laureth Sulfate et Sodium Lauryl Sulfate, tensioactifs (détergents), producteurs de mousse et émulsifiants, on les retrouve dans presque tous les gels douche, shampoings, dentifrices… Ils sont agressifs, irritants et desséchants pour la peau,

 

  • Le triclosan, il se retrouve dans les produits antibactériens tels que le dentifrice, le savon et les désinfectants pour les mains. Il est suspecté d’interférer avec la fonction hormonale et de contribuer à la bactérie qui résiste aux antibiotiques.

 

La liste pourrait être encore plus longue… Mais si vous éliminez tous ces composants, vous êtes déjà sur la bonne voie !

 

 

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Categories

/ /
0

Laisser un commentaire(champs obligatoires *)

RETOUR À LA LISTE